Faucon
Effraie Alsace
nourrissage oiseau hiver
Cigogne Alsace
Huppe fasciée
Gobemouche noir
Historique2
râle des genêts
épervier bagué
Chauves-souris Alsace
Historique2
Chauves-souris et Alsace du Nord études
Grand Murin colonie
chauves-souris gîte estival
Chauves-souris Franche-Comté
Odonates Zinsel du Nord
Libellules exuvies
Batraciens Alsace
batraciens migrations
chasse alsace
étang de pêche
Biodiversité- renaturation de sites industriels
Education écologie école
Biodiversité au jardin
Prédateurs-chats & corvidés
Zinsel du Nord nature
Daniel Staub naturaliste
Papillon jardin
Coccinelle asiatique
Chat forestier alsace
lynx vosges
Historique2
Musaraignes
Piège-photo
Botanique & orchidées
poulailler industriel
Grand Duc franche-comté
Historique2
turquie nature
Historique2
Ardèche nature
météo alsace du nord
liens amis
pipistrelle gîte
Chauves-souris en nichoir

La Zinsel du Nord -> Chauves-souris -> Période estivale--> Autres

Ces pages relatent des observations particulières sur différentes espèces, en période de reproduction. Les individus isolés sont essentiellement des mâles, rarement présents dans les colonies (femelles). La rencontre des sexes ne se fait qu'à partir du mois d'août, quand les jeunes sont volants, autonomes.


Photo:  Hautes-Vosges (Alt: 1220m - un sommet près du Col des Bagenelles):


Rencontre avec un Oreillard roux (Plecotus auritus) dans un abri militaire de la guerre 14/18 servant de gîte diurne. L’intérêt de cette observation réside dans l’altitude. La découverte dans le Queyras en 2001 d'une espèce de montagne, nommée Oreillard de montagne (Plecotus macrobullaris) laisse planer un doute actuellement : Pl. auritus ou macrobullaris? Néanmoins, ce dernier serait presque toujours au-dessus de 800m.

                      A suivre en Alsace, dans les Hautes-Vosges (alt: 1424m)

  Cette photo a été prise le 16/8/2009, dans un abri humide et frais par une journée très chaude au sommet d’une montagne. L’animal, éveillé mais enfoncé dans une fissure, prit l’envol et parcourut quelque temps la galerie avant de s’accrocher à la voûte. Finalement rassuré par l’absence totale de nos mouvements dans l’obscurité totale, il se laissa photographier. Eclairé un court instant pour la mise au point de l’appareil, il ne laissa apparaître aucun stress.  
    Nous quittions l’abri dans la plus grande discrétion.


   Ce jour-là, un peu partout, autour des dalles rocheuses, granitiques, sommitales , surchauffées par le soleil, essaimaient des nuées de fourmis ailées dans un ballet nuptial effréné. La fin de l’été étant la période où les chauves-souris doivent accumuler un maximum de graisses pour passer l’hiver en léthargie sans dommage, on peut se demander si ces nuées de fourmis ne sont pas des proies potentielles pour les rares espèces de chauves-souris présentes à cette altitude dans les Vosges. En tout cas, l’abri se trouvait sous une de ces dalles.  


A suivre...

Autres pages...