Faucon
Effraie Alsace
nourrissage oiseau hiver
Cigogne Alsace
Huppe fasciée
Gobemouche noir
Historique2
râle des genêts
épervier bagué
Chauves-souris Alsace
Historique2
Chauves-souris et Alsace du Nord études
Grand Murin colonie
chauves-souris gîte estival
Chauves-souris Franche-Comté
Odonates Zinsel du Nord
Libellules exuvies
Batraciens Alsace
batraciens migrations
chasse alsace
étang de pêche
Biodiversité- renaturation de sites industriels
Education écologie école
Biodiversité au jardin
Prédateurs-chats & corvidés
Zinsel du Nord nature
Daniel Staub naturaliste
Papillon jardin
Coccinelle asiatique
Chat forestier alsace
lynx vosges
Historique2
Musaraignes
Piège-photo
Botanique & orchidées
poulailler industriel
Grand Duc franche-comté
Historique2
turquie nature
Historique2
Ardèche nature
météo alsace du nord
liens amis

La Zinsel du Nord -> Ornithologie -> Uttenhoffen -> Effraie des clochers

En 2006 (ci-contre): un jeune ne voulait pas quitter son perchoir favori (balcon), contrairement à ses 4 frères et soeurs, pour recevoir sa nourriture des parents. Les chuintements sont devenus gênants par leur durée, et il fallait le pousser ... avec un balai. Photo donc facile à faire...


     On remarque très bien sur la photo, la frange de cils blancs sur le bord de l’aile, qui permet à cette espèce d’avoir un vol absolument silencieux: les battements d’aile ne provoquent plus ces turbulences de l’air , responsables du bruit.  Ce détail morphologique est fondamental: les rongeurs (mulots, souris) ont une bonne ouïe. Mais la chouette également: en survolant la prairie, elle ne doit pas être gênée par le bruit des ailes, puisqu’elle chasse à l’ouïe, la plus fine de tous.


Connaissances des micromammifères: La LPO-Alsace, en collaboration avec le GEPMA (Mammifères), procède régulièrement à une collecte des pelotes de réjection pour en étudier le contenu. Ainsi dans 60 pelotes de nos Effraies, envoyées en 2009, on a trouvé 9 espèces (217 / 231 proies = 94%) dont on trouvera les détails dans la rubrique Mammifères -> micromammifères

Nicheuse  au village depuis 1993, avec trois interruptions -1994, 2009 et 2013 - dont les causes sont évidemment difficiles à déterminer.  Dès notre installation au village (1988), nous envisagions d'aménager un réduit dans le grenier, rendu accessible par une ouverture dans le pignon, côté jardin (éviter la rue pour raison de discrétion) . A ce moment-là, une prospection dans différentes granges et corps de fermes a bien permis de trouver quelques rares pelotes anciennes, mais aucun indice de possible nidification ne fut trouvé. Nous avons donc construit un nichoir relativement spacieux, en tâchant de l'insonoriser au maximum avec des restes de moquettes.

          Les nidifications ont donc été suivies jusqu'à ce jour, et les infos, envoyées annuellement à la LPO-Alsace, participent au suivi de l'espèce en Alsace. Résultats de la production de jeunes (cliquez ensuite sur l'image pour la fermer) - On trouvera des détails des obs. dans la chronique.

  

Diaporama (à droite)

     On peut y voir:

l'accès extérieur par le pignon, avec le manche en bois fixé en guise de perchoir pour faciliter la sortie des jeunes

-  différents stades de la croissance des jeunes


- le nichoir avec son isolation extérieure (moquettes)

- l'intérieur du  nichoir avec ses 2 étages, le trou d'envol étant à l'étage supérieur pour obliger les jeunes à rester à l'intérieur tant qu'ils ne sauront pas voler (moins de gêne sonore à l'extérieur...). En effet, il faut prendre en compte le fait que les jeunes attendent les parents nourrisseurs très tôt à l'entrée du nichoir, tout en poussant continuellement leurs soufflements...Cela peut durer 2 mois!


- Lors d'une journée très chaude (T>32°), une Effraie a préféré passer la journée au frais, dans un épicéa à côté de la maison. Sa découverte a été le fruit du hasard et nous la devons aux cris  de crépitement du Merle territorial, une réaction normale face à un rapace nocturne. Un naturaliste doit en effet apprendre à être attentif à tous les sons et bruits de la Nature pour avoir la chance de découvrir une vie animale plus secrète.